Aller au contenu

Avignon – Lyon – Marseille – Montpellier – Nice – Paris – Toulouse

Appelez-nous au 04 65 84 01 35

Problème d’humidité dans les salles d’eau ?

water from round gray stainless steel shower head

Date

Les signes d’infiltrations peuvent être repérés lorsque des zones anormalement humides apparaissent à la base des cloisons adjacentes à une douche. Si ces infiltrations ne sont pas détectées à temps, l’humidité peut se propager à travers les cloisons et causer des dommages aux finitions des espaces environnants. Ces infiltrations surviennent fréquemment au niveau des joints entre le bac à douche, le revêtement mural et la plage périphérique, mais elles peuvent également se former à d’autres endroits du carrelage exposé aux projections d’eau.

Le diagnostic

Les principales causes des infiltrations sont les suivantes :

  1. L’inadaptation ou l’absence de protection étanche du support de la faïence. Cela peut entraîner la détérioration complète de l’ouvrage, nécessitant une réfection totale.

  2. Le déplacement du receveur de douche. Le glissement ou le tassement du receveur sur ses appuis est souvent dû à des calages de mauvaise qualité, constitués d’empilements de matériaux de natures différentes, sensibles à l’eau et non solidaires.

  3. Le jointoiement. Même si les joints sont correctement calibrés sur les parties planes, les carreaux sont souvent en contact dans les angles, ce qui peut causer des infiltrations. Il est recommandé de réserver un espace de 5 mm entre l’appareil sanitaire et le revêtement pour éviter cela.

  4. Le défaut d’étanchéité des traversées. Le traitement d’étanchéité des passages de canalisations à travers les parois est souvent négligé, et les dispositifs d’évacuation sont insuffisamment testés lors de la mise en route de l’installation.

Il est important de prendre en compte ces causes potentielles d’infiltrations et de les traiter correctement lors de l’installation ou de la rénovation d’une douche pour éviter tout problème d’humidité ultérieur.

Les bonnes pratiques

Il est important de choisir le support du revêtement carrelage en fonction de l’exposition à l’eau du local.

Il ne faut jamais utiliser de plaques de plâtre non hydrofugées ou de cloisons en carreaux de plâtre standard.

Il est essentiel de choisir les techniques de mise en œuvre appropriées, en se référant aux tableaux du NF DTU 52.2 qui donnent de manière synthétique les possibilités de pose de carrelage en fonction du classement des locaux et de la nature des supports, avec ou sans protection à l’eau.

Les locaux sont classés en cinq catégories de EA à EC, selon le taux d’hygrométrie des ambiances et le degré d’exposition à l’eau des parois, selon le Cahier du CSTB N° 3567 de mai 2006.

Les supports sont classés de S1 à S14 en fonction de leur nature, selon le NF DTU 52.2.

Il est important de veiller à la protection à l’eau des supports, car le revêtement de carrelage, composé du carreau, du produit de collage et du joint, ne peut en aucun cas assurer seul l’étanchéité du support.

Un système de protection à l’eau sous carrelage (SPEC) doit être prévu sur les supports sensibles, en parois verticale et horizontale, conformément aux prescriptions normatives.

L’étanchéité est indispensable lorsque des siphons de sol sont incorporés dans le carrelage en plancher intermédiaire, comme dans le cas des douches à l’italienne (cf. fiche F.06). Cette étanchéité peut être constituée d’un Système d’Étanchéité Liquide (SÉL) ou d’autres systèmes à base de feuilles collées ou soudées, ou de membranes (SÉPI).

La coordination entre le carreleur, le plaquiste et le plombier (et éventuellement l’étancheur) est essentielle pour assurer les différentes protections à l’eau sous carrelage (ou étanchéité).

Il faut accorder une attention particulière à la réalisation des joints. Si les carreaux sont en contact dans les angles, le joint de coulis de ciment appliqué en congé entre les carreaux d’angle ou les tranches de carreaux et le receveur adhère mal si la largeur du joint est trop petite. Les joints en angle rentrant doivent donc être légèrement élargis pour faciliter la pénétration du coulis entre les carreaux.

Le plombier doit réaliser un joint étanche d’adossement de l’appareil sanitaire contre la paroi, et le carreleur doit réaliser un autre joint de finition en mastic élastomère extrudé au niveau de la faïence posée contre l’appareil sanitaire. Ces joints doivent être entretenus régulièrement.

Le même principe de double joint doit être appliqué au niveau des pénétrations de tuyauteries à travers les parois exposées à l’eau.

Il est recommandé de prévoir une plage périphérique avec une pente de 10% pour éviter toute stagnation d’eau propice aux infiltrations.

Il ne faut pas négliger la bonne ventilation des pièces humides en les prévoyant autant que possible.

Si vous rencontrez des désordres d’humidités excessives n’hésitez pas à faire appel à des professionnels qualifiés pour effectuer un diagnostic.

Plus
d'articles